Cumin noir – Soyez sceptique

0
18

Il existe d'innombrables compléments alimentaires et herbes avec d'innombrables allégations cliniques, mais souvent peu de plausibilité ou de preuves cliniques à l'appui. La dernière «taupe» à apparaître dans ce jeu sans fin pour les frapper est le cumin noir (également appelé graine noire, carvi noir, sésame noir et autres noms communs). Ce sont les graines de la plante Nigella sativa, une plante médicinale traditionnelle commune au Moyen-Orient et dans certaines régions d'Asie. Selon un avis:

"Il est très populaire dans divers systèmes de médecine traditionnels comme Unani et Tibb, Ayurveda et Siddha … Dans la littérature islamique, il est considéré comme l'une des plus grandes formes de médecine curative."

La même référence indique:

«… Un large éventail de ses actions pharmacologiques a été exploré, notamment les propriétés antidiabétique, anticancéreuse, immunomodulatrice, analgésique, antimicrobienne, anti-inflammatoire, spasmolytique, bronchodilatatrice, hépato-protectrice, rénale protectrice, gastro-protectrice, antioxydante, etc.»

Les allégations faites pour le cumin noir suivent de nombreux thèmes et tropes communs aux produits à base de plantes populaires. Plus important encore, le cumin noir est censé traiter ou guérir un éventail invraisemblablement large de conditions non liées. C'est presque comme si cela fonctionnait pour tout, ce qui est une très bonne raison de soupçonner que cela fonctionne plus probablement pour rien. Beaucoup de conditions ont des mécanismes complètement différents – pourquoi un produit traiterait-il l'asthme et le diabète, le cancer et les maladies du foie?

De plus, bon nombre des conditions énumérées sont contradictoires. Il n'est pas logique qu'une substance soit simultanément antimicrobienne et anti-inflammatoire. Les traitements anti-inflammatoires qui fonctionnent ont comme effet secondaire potentiel de réduire l'activité immunitaire contre les infections. Il est théoriquement possible d'avoir des effets antimicrobiens directs et d'être anti-inflammatoire, mais cela revient à attribuer de nombreuses propriétés pharmacologiques à un produit. De plus, les partisans affirment que le cumin noir est efficace contre les bactéries, les virus, les champignons et les parasites – ce qui en ferait la seule substance au monde à avoir une activité à large spectre. Nous ne pouvons même pas concevoir un médicament pour être efficace contre toutes les bactéries, et encore moins les virus et les champignons, qui sont des formes de vie très différentes avec des vulnérabilités différentes.

L'autre contradiction flagrante est que le cumin noir serait à la fois antioxydant et anticancéreux. Cela revient au problème inhérent au battage médiatique antioxydant – le système immunitaire utilise en fait des radicaux libres d'oxygène pour combattre les envahisseurs et les cellules cancéreuses. De plus, les cellules cancéreuses ont un métabolisme élevé et sont donc soumises à un stress oxydatif accru. Il s'avère que les antioxydants peuvent protéger les cellules cancéreuses, et donc contre-productifs dans le cancer.

Un autre problème qui afflige les produits à base de plantes est la pharmacocinétique, comme la biodisponibilité – quelle quantité d'ingrédient actif est réellement absorbée et distribuée dans le tissu cible? C'est le problème fatal du curcuma, par exemple. Je n'ai trouvé aucune étude portant sur la pharmacocinétique chez l'homme, seulement des études appelant à de telles recherches (ce qui indique que cela n'a pas été le cas jusqu'à présent). J'ai trouvé une étude sur la pharmacocinétique de la thymoquinone (considérée comme le principal ingrédient actif du cumin noir) chez les poulets. Ils ont trouvé une biodisponibilité de 85% avec une utilisation orale, ce qui est bien, mais ils ont également constaté que la demi-vie était de 1 heure, ce qui est mauvais.

Pour que les produits pharmaceutiques soient médicalement utiles, ils doivent avoir une multitude de propriétés en même temps. Ils ont besoin d'une biodisponibilité raisonnable pour la voie d'administration, ils doivent être chimiquement stables, à la fois sur le plateau et après leur introduction dans le corps, ils doivent atteindre le tissu cible dans le corps, ils ont besoin d'une demi-vie utile (le temps il faut pour que le corps élimine la moitié du taux sanguin), et, bien sûr, un effet thérapeutique utile à une dose avec des effets secondaires et une toxicité tolérables. Il est également bon de connaître les interactions médicamenteuses. Une demi-vie très courte est l'un des facteurs décisifs pour un produit pharmaceutique utile.

C'est exactement pourquoi les principes actifs sont identifiés et étudiés. Presque toujours, la structure chimique doit être ajustée afin d'atteindre toutes les caractéristiques souhaitables en même temps, sans aucun problème.

Une autre caractéristique des allégations concernant le cumin noir qui est très courante est qu'elles sont étroitement liées à une croyance culturelle. (Parfois, un lien culturel est faux, fabriqué à des fins de marketing, mais dans ce cas, il semble être vrai.) Ma préoccupation ici est qu'une forte croyance culturelle est un pouce puissant à l'échelle de la recherche scientifique. Ce n'est pas une préoccupation hypothétique. Il a été établi, par exemple, que 100% des études d'acupuncture en provenance de Chine sont favorables, et un résultat statistiquement peu probable qui est un signal flagrant de biais de chercheur et de publication.

De même, même si je n'ai pas fait d'analyse statistique, dans ma revue des études publiées sur le cumin noir ou la thymoquinone, près de 100% des études sont à la fois publiées par des auteurs du Moyen-Orient et favorables. Cela expliquerait certainement pourquoi le cumin noir semble fonctionner pour tout. C'est également une bonne règle de base – si votre processus se traduit par une positivité à 100%, ne supposez pas que vous avez découvert un miracle, supposez que votre processus est défectueux.

L'examen susmentionné dit du cumin noir – "En raison de son pouvoir miraculeux de guérison, N. sativa a obtenu la place parmi les plantes médicinales basées sur des preuves les mieux classées." Cela ne sonne pas comme un examen scientifique sobre, plutôt plus d'un point de culture fierté.

Malgré toutes ces préoccupations, que dit la recherche sur les effets cliniques du cumin noir (ou de la thymoquinone)? La plupart des recherches sont précliniques et les affirmations sont basées sur une extrapolation déraisonnable de la boîte de Pétri à l'organisme vivant. Comme nous l'avons souligné ici plusieurs fois, ce n'est pas approprié. Les résultats de la science fondamentale se traduisent rarement directement en résultats cliniques, en partie à cause de tous les problèmes pharmacocinétiques dont j'ai discuté ci-dessus, mais aussi parce que les organismes entiers sont des entités homéostatiques dynamiques complexes.

La recherche clinique est principalement préliminaire et se concentre à nouveau sur des dizaines de demandes indépendantes. Chaque étude que j'ai trouvée était favorable, mais n'était pas non plus convaincante en raison de limites méthodologiques. C'est également une caractéristique commune des traitements marginaux qui n'ont pas suscité l'acceptation générale (pour une raison) – méthodologie de recherche faible avec des résultats positifs mais généralement de petite taille d'effet. Un examen, par exemple, note qu'il existe des preuves de certains effets métaboliques et anti-inflammatoires, mais «le montant de l'avantage qu'il confère est trop faible pour qu'il soit considéré comme une bonne intervention».

C'est un schéma familier, car même un peu de biais des chercheurs peut produire de petits effets positifs apparents. Lorsque nous combinons la faible plausibilité (en particulier compte tenu du nombre de revendications), l'isolement apparent d'une culture, la méthodologie faible avec de petits effets, nous voyons une image globale cohérente avec le battage médiatique en phytothérapie, et non la réalité scientifique. Il est certainement possible que la thymoquinone ou un autre ingrédient actif puisse finalement avoir des objectifs médicaux utiles, lorsqu'elle est correctement étudiée et développée. Cela reste à voir. Mais honnêtement, en étant en marge de la médecine alternative / à base de plantes / culturelle, il est moins probable qu'elle soit réellement développée en tant que médecine efficace.

Pour l'instant, il n'y a aucune preuve pour soutenir le cumin noir comme produit à base de plantes pour toute indication, et il y a de bonnes raisons d'être sceptique.